24.6.09

L’atelier du Non Faire 2/2

Là bas si j'y suis. Emission radio de Mermet

L’atelier du Non-Faire - Le mardi 23 juin 2009 - deuxième partie



Suite du reportage de Charlotte Perry à l’atelier du Non-Faire, ce lieu étonnant où l’on peint, l’on joue de la musique, et où parfois l’on ne fait simplement rien...

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1717

L’atelier du Non Faire 1/2

Là bas si j'y suis. Emission radio de Mermet

L’atelier du Non Faire - Le lundi 22 juin 2009 - première partie



Dans l’hôpital psychiatrique de Maison Blanche, à une quinzaine de kilomètres de Paris, se trouve un pavillon vraiment pas comme les autres. Au pavillon 52, où l’atelier du Non-Faire a été installé en 1983, pas de piqures, ni blouses blanches, mais un piano, des pigments et des canevas. Les patients y viennent sans prescription médicale, pour peindre, faire de la musique, ou simplement ne rien faire.
Malgré la fermeture programmée du site de Maison Blanche, l’atelier résiste et continue d’ouvrir ses portes tous les vendredis.
un reportage de Charlotte Perry

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1715

16.6.09

Attention Danger Travail



"Une dizaine de chômeurs et chômeuses racontent pourquoi et comment ils ont décidé de ne plus aller travailler. Après avoir fréquenté plus ou moins longtemps le monde du travail, ces hommes et femmes ont fui l'usine, l'entrepôt ou le bureau, bien décidés à ne plus accepter les règles de la guerre économique contemporaine. Loin de l'image du chômeur accablé ou déprimé, ces "sans-emploi qui n'en demandent pas pour autant" expliquent ouvertement pourquoi ils cherchent à s'épanouir en dehors du monde du travail, avec peu de ressources mais en disposant de temps à profusion."
présentation de :
http://homme-moderne.org/rienfoutre/attention/index.html

10.6.09

John Waters "Rear Projection"

Travail sur l'image audiovisuelle. Figer la télé. Comme un hommage au cadreurs. Comme un travail de photographe présent / témoin / reporter dans un endroit, un monde parallèle, virtuel, la télé, la réalité montée, cadrée ... Aujourd'hui avec des programmes comme vlc, cette démarche se multiplie (se justifie ?). La télé n'hypnotise plus, on y vit, , y voyage, on en témoigne, on en constitue des souvenirs.

Il y a des précurseurs, John Waters en est un. cliquer là par exemple

7.6.09

petit complément !

Un petit complément à ce bel entretien grenoblois
ou plutôt ce beau travail de recherche des deux personnes entretenues !

voir :
http://pasoypasos.blogspot.com/2009/04/les-renseignements-genereux-interview.html



Ou, non, euh, pas un complément. :)
Plutôt une belle entrée en matière dans le premier quart d'heure du film de Pierre Carles avec Bourdieux dans l'émission "arrêt sur image".

Emission que vous avez peut-être vu étant jeunes, moi oui. J'en avais pas pris toute la mesure d'ailleurs.



"Enfin pris ?" de/par Pierre Carles




Mais attendez, qu'est-ce que je raconte au fait ?
Le film de Pierre Carles est bien plus qu'un extrait de télé illustrant un article web (qu'il faut lire absoluement je vais le répéter, vous inquiétez pas)!

Et oui le fait est que j'ai fais une pause sur le film ci dessus pour rédiger cette note, avant d'oublier quoi.


Mais mes chéris, mais je vous le dis, vous allez vous régaler avec le film de Pierre Carles, et moi aussi.

D'autan plus que j'enchaine puisque je viens de voir cet autre film, "Pas vu pas pris" qui est le premier volet de l'enquête de ce Pierre Carles.

Donc faites comme moi :

Voyez le premier quart d'heure de "enfin pris ?" pour lire ensuite l'article des les renseignements généreux

Et puis après,
alors pop corns, chips, fraises de jardin, clopes, café, petit jus, ou maté, on éteins le téléphone et on s'enchaine "Pas vu pas pris" (voir ci-dessous) et "Enfin pris ?" dans la foullée.


Bah oui !


"Pas vu pas pris" (Pierre Carles):




Pour ceux qui pense que cette note est très mal organisé voir merdique ...

Mes pauvres chéris ! Qu'est-ce que je peux dire d'autre.

Je crois bien que c'est le cœur du sujet. Peut importe d'être lent, ou nul arriver quelque part c'est marcher et se casser un peu la tête. Hein ! Et puis si ça coince, c'est pas qu'on est con, ni que les autres parle mal c'est qu'on a un peu la flemme, ou pas le temps ... Bon bref, vous verrez comment du moins pour le premier docu et l'interview on se retrouve devant les paquets de conneries bien cachées qui nous empêchent de nous parler franchement sans se trifouiller dans l'égo mutuellement et sans faire appel à nos peurs ancestrales continuellement.
La logique des intérêts privés, conditionnée par des réflex de protection ou les sudations de notre palpitant nous empêche d'être grand quoi.
Et digne aussi.
Au moment de se questionner ou de se laissé questionner on se sens poussé, allez on emploi les grand mots, à nous prostituer ou à tenter de prostituer "autrui" (qu'il est laid ce mot).

On le sait, quoi on le sait ?
Béh oui mais ... Là on se rend compte d'abord que c'est très très grave à la télé.

AH !

Le doc le montre à la toute toute fin du générique : on se parle comme moi avec mon petit frère, on se lance dans des petits chantages affectifs mais avec la télé les conséquences sont sur une échelle de millions d'individus qui bouffent qu'1/4 de vérités rances ... Et toutes les mêmes en plus.

Enfin bon je me lance dans une discussion avec moi même qui n'ira pas loin pas vrai ?

Donc pour nous d'abord l'interview en texte évidemment bien plus intéressante puisqu'elle s'adresse au commun des mortels.

Et ensuite ces fameux docus qui nous montrent d'une part à quels points la "holding TV" vaut bien bien moins moins moins, en termes de richesse intellectuelle, d'ouverture d'esprit et de libre parole, qu'elle ne tente de paraitre ; et d'autre part que ses petits employés qu'on fini par prendre pour des proches à force de les voir et des professionnels à force de les entendre se présenter comme tels sont des petits fripés, satisfais, (comme nous?) comme d'autres mais avec le pouvoir assez monstrueux de façonner les référence qui font penser/évoluer/ ... VOTER ( gloups - déglutissons à l'unissons ) une population et ça ils sont d'accords pour dire que c'est moche et vous allez voir qu'ils ont du mal à le dire ... QUE C'EST VRAI :)

Et oui ...


Bon allez je ferme ma gueule et bravo à ceux qui auront lu et compris ça :
http://pasoypasos.blogspot.com/2009/04/les-renseignements-genereux-interview.html

Et merci et bravo vraiment à ceux qui auront lu jusqu'ici

...

ce poste indigeste.